© 2017 par Julien Tardif.

 Créé avec Wix.com

Dénoncer les violences policières de quelle place ? Et à quel prix ? Quand la psychologie s’en mêle !

 

Je commencerai par quelques extraits d'un texte du psychologue Samuel Dock.

« La violence semble s’être mécanisée, institutionnalisée, systématisée pour servir un nouveau projet : celui de faire rentrer les âmes indociles dans le rang (...) On m’objectera qu’Emmanuel Macron essaye aujourd’hui de retrouver l’identification perdue, en déjeunant à courtepaille par exemple, et de renouer le dialogue, notamment par le grand débat national. Mais ces nouvelles sorties sur « les français qui ne font pas d’efforts » ou « les personnes en difficulté qui font bien et celles qui déconnent » -un clivage surnuméraires- confirment à l’heure où la république s’effondre que les anciennes « erreurs » de communication n’en étaient pas et qu’il se trouve dans une impossibilité ontologique de reconnaître son peuple dans son altérité, dans ses souffrances, dans son discours.
Quant au grand débat national, il ne faut pas oublier que la qualité d’une dialectique dépend de son contexte d’énonciation, or, jamais Macron n’a reconnu les violences policières, Castaner les a même invisibilisés : comment se sentir autorisée à parler « librement » quand on se souvient de ce que ce gouvernement a été prêt à faire pour imposer son dogme ?
» (1.)

Il me semble que ce texte est peu informé des fonctionnements institutionnels de coulisses de l'action publique. Le politique me semble loin d’être si fébrile et la "pensée d’Etat" (i.e. Pierre Bourdieu) autant en crise. L’analyse de la personnalité des Hommes politiques ici le Président E. Macron et son Ministre de l’Interieur, si elle est de quelque ressort pour comprendre l’attente du peuple, le politique est bien loin de se résumer à cette fusion passionnelle du mécanisme du suffrage universel, appelé à se vivifier encore davantage dans les revendications non majoritaires d’un RIC en toute matière (Crise des "Gilets jaunes" depuis le mois de novembre 2017).

 

Autre tropisme, cette politique de la psychanalyse sur notre psyché qui renvoie tout à la genèse des relations dans nos liens de socialisation primaire (ie « Un parent maltraitant peut-il attendre de son enfant qu’il se confie à lui ? » Samuel Dock, op.cit. 2019) me semble la jumelle idéologique pour évoquer la belle formule de l’historien américain Christopher Lash (2) d’une pratique discursive utilisée par les politiques professionnels eux mêmes. J’entends encore le Président de la République E.Macron qu’il n’est pas le « Père Noël car les « français (ie les guyanais lors de son déplacement en Guyane en octobre 2017) ne sont pas des enfants ».

Dans une autre allégorie du rapport filial entre Philippe Val et son fils qu’il regarde grandir dans ce siècle, nous pouvons trouver le sentiment contraire « La République ce n’est pas la politique ! 
La République fait son travail » (Tu finiras clochard comme ton Zola », 2019). Certes il parle de toute autre chose, des services de protection des personnalités publiques. Mais il en a suffisamment connu notamment sur les gigantesques tensions entre Charlie Hebdo et l’Elysee après son départ de la rédaction (dans les années 2013-2014 à l’aube des attentats meurtriers), pour tomber dans une approche critique radicale, dont il s’est toujours méfié.

S’il est en effet fondamental de questionner aujourd’hui les liens extrêmement complexes entre les Metiers de la sûreté publique et l’engagement de la société civile dans la construction du débat public. Il me semble extrêmement dangereux d’emprunter au seul registre critique des sciences sociales pour comprendre ce qui se joue sous nos yeux ! Insinuer que la police agit aux ordres du Pouvoir dans de telles conditions, c’est oublier deux états de fait : 1/ que la législation sur la légitime défense s’applique également aux force de l’ordre. Certes des spécificités la caractérise, surtout depuis les lois antiterroristes,  mais elle n'est évidemment pas exemptée de procès au pénal indépendamment des enquêtes de l’IGPN. Le pénaliste David Marais (3) cofondateur de ce site d’information Le Monde Moderne où parait l'éditorial de Samuel Dock, en est un expert. 2/ Que les métiers de la sûreté publique sont en pleine ébullition devant tant de modifications des formes d’expressions de la radicalité dans l’espace public depuis la vague d’attentats de 2015.

Une science sociale qui en oublie à ce point l’analyse des fonctionnements institutionnelles dans toutes les « interstices » des pratiques institutionnelles au sens du psychologue Paul Fustier, prête alors à devenir une science totale, loin de la quête de neutralité axiologique nécessaire à toute démarche de recherche académique. Au risque de se tromper de crise et donc d’y contribuer sans demi mesure !

A l’exemple du travail de Didier Fassin sur la BAC en 2011. « Ce qui, au final, métamorphose une ethnographie en succession d’anecdotes d’où a disparu toute forme d’incertitude alors que c’est exactement le contraire de ce que devraient faire les sciences sociales soucieuses de participer à un débat public démocratique : radicaliser l’exigence descriptive pour faire émerger des situations observées les points d’appui à partir desquels une critique peut correctement être adressée dans un horizon de transformation sociale et, qui sait, entendue par, au moins, certaines fractions de l’institution policière» (4).

Un récent exercice "psychographique" de Roland Gori(5) avait anticipé cette crise des Gilets jaunes. J’y retrouve ma propre expérience de ces réseaux hybrides que je ne connais que de trop prêt depuis la crise diplomatique France Maroc entre 2013 et 2014. Les prémisses étaient déjà à l’œuvre sous la Présidence de François Hollande mais le papillon a éclôt et l’effet du même nom a désormais ses ramifications dans le monde.  

 

Sur les transformations en cours du républicanisme à la française l’ère de la République macronienne « se veut et se pose en chef « charismatique » sans dette ni allégeance aux partis, aux personnalités politiques qui l’ont précédé, aux corps intermédiaires, dont il se méfie et dont il veut réduire les pouvoirs. Dès lors, il lui faut créer des supplétifs à ces corps intermédiaires pour organiser ses réseaux de « supporters ». Il va le faire en s’entourant d’une garde prétorienne à son image – invisible politiquement, mais habile dans l’hybridation des valeurs du privé et du public –, en constituant une nouvelle noblesse d’État (sa « main droite », comme aurait dit Bourdieu [sauf qu’elle prétend aussi s’occuper de la « main gauche » sanitaire, sociale et solidaire »]), et un réseau d’affidés séduits par sa vision entrepreneuriale du monde. Dans cet univers, il y a des énarques élégants et brillants passés par le secteur privé, et des êtres un peu plus rustiques comme Alexandre Benalla » 

 

Comme le précise le Philosophe Yves Roucaute (6), "le premier des droits individuels, c'est la protection des corps". Le « BENALLAGATE » a donc été la première des épreuves pour le pouvoir, lorsque ce garde du corps un peu trop personnel a retourné l'illégitimité de sa force brute, contre le Peuple du 1er Mai 2018. La privatisation des métiers de la sûreté et le retour aux pires heures des « polices politiques » là où seule la SDLP rattachée à la police nationale faisait œuvre et loi. C'est selon Roland Gori la culture de la performance entrepreneuriale érigée en valeur cardinale avec pour seule limite, l’épreuve de l’échec qui ne fait pas (dans cette circonstance) grandir en soi (7) mais rappelle que toute tentative de dérive d'un Régime présidentiel, n’est pas exsangue non plus de se  « cogner au réel » (8). Ici, au plafonnier des corps intermédiaires institués qui ne voient pas d’un autre œil, le réel, par simple calcul politique, mais bien par sauvegarde de la séparation des pouvoirs. A l’exemple paradigmatique de l’audition au Sénat du défenseur des droits, Jacques Toubon, par la commission parlementaire le 25 juillet 2019.

 

La phénoménologie sociale d’Alfred Schütz (1899-1959) sur la « réalité multiple » est donc convocable également (9). Nous sommes dans une compétition de la redéfinition instituée du réel selon les analyses pragmatiques de sociologie des institutions de Luc Boltanski (10). 

 

Ce qui reste malheureusement le plus grave est que les dérives ne sont le plus souvent dénoncées que lorsque que l’atteinte aux droits humains ou la violence sexiste, raciste... est flagrante. Notre capacité de vigilance et d’action à l’épreuve de la « banalité du quotidien » (Paul Fustier) reste encore bien en souffrance. 

1. Samuel Dock, "marqués à vie par les violences policières" Le monde Moderne, janvier 2019 (en ligne) 

https://www.lemondemoderne.media/marques-a-vie-par-les-violences-policieres/

2. "Si un étrange effet de l'idée de progrès est d'affaiblir la tendance à formuler des réserves intelligentes au sujet du futur, la nostalgie, sa jumelle idéologique, sape la capacité à faire un usage intelligent du passé".Christopher Lasch, Le seul et vrai paradis, Climats, 2002.

3. David Marais, "Vers une présomption de légitime défense" 

Entretien en ligne 

https://www.youtube.com/watch?v=VuPKBd-PSBc

voir également, Samuel Laurent, "Qu’est-ce que la « présomption de légitime défense » pour les policiers ?", Le Monde, rubrique les décodeurs, novembre 2015. (en ligne)

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/11/06/qu-est-ce-que-la-presomption-de-legitime-defense-pour-les-policiers_4804827_4355770.html

4. Cédric Moreau de Bellaing, Comment (ne pas) produire une critique sociologique de la police, Presses de Sciences Po, « Revue française de science politique » 2012/4 Vol. 62.

5. Roland Gori, entretien de la revue Politis avec Roland Gori, sur son ouvrage "La nudité du pouvoir, de quoi le moment Macron est-il le symptôme", éd. LLL, septembre 2018.

(EnLigne) https://www.politis.fr/articles/2018/07/roland-gori-macron-ne-trouve-sa-limite-quen-lui-meme-39194/

6. Ex directeur des Cahiers de la Sécurité, Ancien Président du Conseil scientifique de l'Institut national des Hautes Etudes de la Justice et de la Sécurité.

7. Charles Pépin, les vertus de l'échec, Allary Editions, 2016.

8. Jean-François de Sauverzac. « Sur les origines anthropologiques du réel chez Lacan », Cliniques méditerranéennes, vol. no 63, no. 1, 2001.

9. Patricia Paperman, Joan Stavo-Debauge. « Alfred Schütz : Situations de crise et réalités multiples dans « le monde de la vie de tous les jours » », Sous les sciences sociales, le genre. Relectures critiques, de Max Weber à Bruno Latour. La Découverte, 2010.

10. Luc Boltanski, De la critique, précis de sociologie de l’émancipation, Gallimard, 2009

Crédit Photo © Abdulmonam Eassa